Il faisait si noir, cette nuit là, sur ces routes de campagne.

La nuit, quelques fois, est plus sombre à certains endroits qu'à d'autres.

Le noir, plus noir que lui même, existe vraiment, là-bas...

Les arbres s'habillent de ce costume qui fait peur aux enfants ou qui ravit les grands.

Les champs sont parés presque tous à l'identique de cette couleur qui n'existe pas .

Le noir est bien vivant cependant et pourtant il sent la mort...

Les maisons ne respirent plus. Elles sont comme posées au milieu de cette nature toute foncée. En tendant l'oreille, on les entendrait presque supplier que le jour rennaisse enfin...

Et le vent... Le vent s'enrichit du froid grandissant. Il impose sa loi en étant le plus puissant.

 

Nous, nous roulons, bien à l'abri de ce néant. Les roues ne touchant presque pas l'asphalte qui se déroule devant nous. Cette ligne blanche défile à peine éclairée de la lumière des phares qui rappelle le soleil.

A croire que ses rayons fantômes nous réchaufferaient presque à l'intérieur de cet habitacle.

Collés l'un contre l'autre, nous rentrons...

 





 

 

J'observe ses mains sur le volant. Son regard qui se perd dans le noir ...

Ses jambes allongées... Ses cuisses. Humm, la vue de ses cuisses puissantes!

Il est calme, concentré sur sa route. Attentif... Pausé.

Le bout du monde, avec lui, c'est tout à côté...

Les lacets de cette route sinueuse deviennent plats. Les côtes se transforment en descentes. La route n'est plus... Il est la route...

Les minutes sont des heures près de lui... Le temps s'arrête.
Pourtant je la maudit...
Cette nuit qui jamais ne finit...

 

 

 

Puis, le décor change... Le noir se meurt enfin.

La vie reprend le dessus. Les batisses s'illuminent de leurs pierres apparentes. Les mots écrits reviennent...

Les couleurs s'imposent. Bleu, blanc... Lumière Maestro! On aurait presque mal aux yeux.

L'autoroute, nous tend les bras. Il tend le sien, prend le ticket...

Je sors de ma douce torpeur avec ce vent glacial qui me pénêtre.

 

La vitesse grandit... Plus encore...
Garder son sang froid alors que le mien est si chaud...

Le gardera-t-il ? LUI ? Jusqu'ou aurais-je confiance en lui?

Envie de voir, te tester sa résistance...
Garder les yeux ouverts quoi qu'il arrive.

Quoi qu'il se passe... Envie de lui... Là, maintenant, tout de suite. Comme ces bêtes sauvages cachées dans les bois, qui n'ont pas traversé notre route perdue au milieu de la nuit.

La ceinture de sécurité le coince. L'accoudoir m'empêche...

Je me fais plus souple, me hisse, je tends mon corps quelque peu engourdi de tant de kilomêtres... Ne pas le déranger surtout. Ne pas le géner... Juste arriver, là, sans qu'il ne sente aucune pression. Elastique, je suis ce soir...

Je ne peux le prendre en entier dans ma bouche. Oh! Satanée ceinture!

Je te maudit toi aussi.

Je tente à nouveau . J'y suis enfin...Ma salive mouille sa chemise. Il est chaud. Bon.

J'aime...Voici que les fenêtres arrière s'ouvrent toutes seules... Le vent entre à nouveau chez nous. Voici qu'il arrive aussi par l'avant maintenant!

Et tout virevolte ! De l'air cela fait du bien...

Il ne dit rien... Il savoure. Je le déguste à l'infini comme je peux, ainsi coincée entre le cuir et lui.







 

Ma langue trouve le chemin... Mes lêvres deviennent leurs jumelles. Un tracé inconnu se dessine. Un chemin de salive qui effleure à peine suivant une certaine longueur bien définie. J'aimerai tant le sentir pénétrer ma gorge. Mais, je ne peux pas plus...

Je referme les fenêtres. Je regarde le compteur... 
Je vois... 160 km/h ...
Je replonge dans les méandres du plaisir de notre nuit.

Il fait à nouveau chaud... J'ai très chaud...

Son corps se raidit... Ses cuissent se contractent... Ah, ses cuisses!

Ses bras se tendent sur le volant.

J'entoure son gland rapidement de ma bouche brûlante.

Non, je ne perdrais rien...

Sa semence se répend sur ma langue...J'aspire... Je déguste...J'avale.
Il est si bon...

Il n'a pas dévié de sa trajectoire... Ni ralenti... (Moi non plus!)
Ni fermé les yeux... Moi si...

Concentré il a été jusqu'au bout du bout... Je le savais!

 

C'est ça... La confiance à 160 km à l'heure... cela va même au delà...

 




                                 
                                            



Mardi 24 novembre 2009 2 24 /11 /Nov /2009 16:49

Voir les 34 commentaires - Déposer votre mot...
Retour à l'accueil

Retour première page

  • Le blog de TITIA D'oR
  • : Des photos, des mots... Pour vous ravir pupilles et papilles...

Titia D'oR

  • Le blog de TITIA D'oR
  • Une vie qui est, qui sera, une vie qui passe.

Dans toutes les langues.

O-sez !

Logo marque O-sens

C'est dans...

Sage comme une image.

  • Un soir devant ma maison.
  • Devant vous...

Là ou je vais...

Un blog par mois à l'honneur

Les pages lues

J'aime regarder les filles qui marchent ...

http://i20.servimg.com/u/f20/11/12/55/83/femd10.gif

Avertissement

Toutes les photos présentes sur ce blog sont couvertes par les droits d’auteur.
En vertu de l’article L.122-4 du Code de la propriété intellectuelle,
toute reprise, utilisation sans accord de l'auteur est répréhensible.
Sauf accord préalable demandé par mail,
l'utilisation partielle ou entière des photos présentées ici est INTERDITE

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés